De Litteris

26-11-2012

A perpète

Amandine Marembert - Editions Pré # Carré

C’est un poème qui se déploie comme une lettre à l’absente, à celle qui a fait un jour ses “valises de morte” et n’est plus contenue que dans l’écho incertain d’une voix qui se dissout dans le temps ou dans des objets fatigués effaçant peu à peu leurs empreintes.

C’est un vers qui se tend comme une main pour saisir ce qui n’est plus : des partages quotidiens, des éclats de conversations familières, des au revoir reportés “à perpète“, des gestes si simples (“ce qui serre le coeur aussi / c’est une maison qui se referme / ne plus y entrer comme avant / ce soir je me vois frapper à ta porte / en attendant trop longtemps / que ton oui résonne“) qui se désincarnent, privés de réponse.

Les pages égrènent leurs vers comme autant de chutes, de béances pour dire le manque,  la peur d’oublier le plus infime – le son d’une voix (“j’ai peur de la perdre / c’est en retenant par la manche / que j’en déchire le tissu“), le froufrou d’une robe, la façon de semer “des bricoles” dans un jardin-, et, à travers lui, le plus intime.

Ce sont des mots simples, ceux du quotidien, ceux de ces conversations que l’on juge sans importance et qui pourtant tissent entre deux êtres un vécu commun. Ils disent la douleur d’une vie disparue et l’absurde des vies qui continuent sans elle, leur quotidien déchiré par la silhouette de celle qui n’est plus.

Sous la couverture de fleurs riantes, c’est donc un poème (du) sensible qui se déploie et égrène, entre douceur et résignation poignante, la disparition, l’injustice du temps qui file et ne laisse plus sur les lèvres que “l’amertume de ne pouvoir retenir / le jour qui passe“.

Vous pouvez commander cette plaquette ou vous abonner aux publications de Pré # Carré en renvoyant ce formulaire ou en se renseignant sur le blog de la maison d’édition.

Aucun commentaire, ajoutez le votre !

Hébergement : Optilian  -  Réalisation : Bwoup.com - Morgan Thomas - Graphiste Illustrateur Morgan Thomas
Mentions légales - Tous droits résérvés Julie Proust Tanguy - De Litteris - 2011-2019