De Litteris

11-2-2013

Lamentations de la vieille femme de Beare

Anonyme - Traduit par Jean-Yves Bériou - Editions L'Escampette

Derrière ce mince volume, une perle pour ceux qui rechercheraient, inlassablement, à construire une vision nuancée de l’évolution de la littérature ; pour ceux qui s’intéressent au lyrisme occidental ou aux formes d’expression féminine à travers le temps ; pour ceux, enfin, qui, avides d’Irlande et de poésie, auraient grand faim de mots de rocaille, de vent et d’écume.

Merveilleux moyen-âge irlandais qui, à la différence du monde méditerranéen, donne la parole aux femmes et leur permet de chanter leur amour (« voyez ces bras/ osseux et décharnés / leur art était si doux / enlacer des rois glorieux ») ! Bouleversante voix de cette femme qui, au seuil de sa vie, dit avec vigueur et passion son cœur éperdu de lucidité, sa vie pleinement vécue (« j’ai brûlé ma jeunesse, ce fut une naissance / et je ne regrette rien, j’ai tout voulu ») !

Avec elle, on se consume d’amour et de jeunesse perdue, on parcourt la moisson de ses cheveux blancs, on invite les jeunes filles à profiter du jour présent, on dit le désir pour les jeunes hommes d’antan, on révèle la misère et la fatigue qui affaiblit les membres, on défie la mort qui assèche le miel des paroles et qui menace nos vies précaires et nos passions immanentes, on salue la verte terre d’Irlande baignée de «  flots de guerriers, flots de chevaux/ flots de lévriers, ceux des fils de Lugaid », on convoque autant Jésus que Beltaine, le Roi que l’Amant… jusqu’à ce que jusant nous vienne et que la vie reflue.

Introduit par son érudit et passionné traducteur, Jean-Louis Bériou, qui, revivifiant le contexte historique, nous invite à y voir la naissance du lyrisme moderne, ce chant d’outre-monde et d’outre-temps, bouleverse par son mélange de force et de fragilité, ainsi que par sa justesse musicale – les fervents linguistes pourront s’imprégner à loisir de la version originale et en comparer, comme j’ai eu plaisir à le faire, la musicalité avec celle du français.

Un mince volume brûlant de passion – et il en faut, pour oser le publier, en ces temps moroses où l’on vit dans l’instantanéité, au mépris de nos racines !- dont les images, comme vagues, viennent se fracasser avec force et beauté dans l’imaginaire du lecteur.

Aucun commentaire, ajoutez le votre !

Hébergement : Optilian  -  Réalisation : Bwoup.com - Morgan Thomas - Graphiste Illustrateur Morgan Thomas
Mentions légales - Tous droits résérvés Julie Proust Tanguy - De Litteris - 2011-2018