De Litteris

9-8-2017

Quelques essais

autoportrait

J’ai laissé de côté la critique littéraire, ces dernières années, pour me consacrer à l’écriture de quatre essais sur les Pirates, les Sorcières, l’Antiquité Romaine et le Japon!.

Je retrouve depuis deux semaines le plaisir de lire sans calendrier : quoiqu’il soit passionnant de s’imbiber d’un sujet et de l’explorer de façon monomaniaque (tout en s’accordant des petits pas de côté), il est assez plaisant de pouvoir à nouveau lire sans me demander comment je vais utiliser la référence que je découvre… Voici mes derniers coups de coeur (principalement en anglais, je m’en excuse auprès des non-anglophones !

img_20170809_154520

Je ne sais pas s’il y a d’autres passionnés de neurosciences ou de psychologie cognitive dans le coin, mais cet essai est excellent si vous souhaitez mieux comprendre le fonctionnement de votre cerveau et les dommages que peuvent lui causer certains aspects de notre société moderne (envahissement du virtuel, vitesse d’information ne permettant pas un juste recul critique, procrastination…). Écriture très pédagogique et accessible, même pour ceux qui n’ont pas de formation scientifique! (Du même auteur, je recommande vivement This is your brain on music)

img_20170806_142824

J’avoue, j’ai en partie acheté ce livre à cause du titre…
Encore des neurosciences, mais cette fois-ci pour comprendre comment la lecture a fait évoluer nos cerveaux, comment ceux-ci ont créé de nouveaux réseaux neuronaux pour acquérir cette invention culturelle, ce qui se passe dans nos neurones quand ils sont confrontés à l’apprentissage de la lecture, quelles zones et quels réseaux différents sont sollicités en fonction des différents alphabets que l’on découvre, d’où proviennent les difficultés des dyslexiques, quels sont les enjeux existentiels et biologiques de l’avenir de la lecture…

Dense et passionnant – j’en ressors avec une meilleure compréhension des difficultés de mes élèves dyslexiques (l’EN forme peu sur ces enjeux quotidiens) et quelques idées pour mieux m’adapter à leurs besoins.

Le livre disponible en français sous le titre Proust et le calamar.

img_20170809_154606

On a jamais fini d’explorer son sujet de travail… Ici, il s’agissait de découvrir le féminisme japonais à travers deux femmes remarquables. La première offrant, à travers son autobiographie un bel exemple de résistance intellectuelle aux schémas préconçus, créant un journal féministe révolutionnaire pour émanciper culturellement et socialement ses lectrices et bravant les regards acerbes pour vivre libre.

La seconde, vue à travers le prisme d’une biographie politique, militant pour le droit à la contraception, élue à la Diète après la guerre, porte-parole d’une politique socialiste et cofondatrice du Planning familial nippon.
Inspirantes.

img_20170809_154839

Récit d’une fascination et de rencontres avec d’admirables créatures, compilation d’observations tendres sur les différentes personnalités des céphalopodes rencontrés, essai stimulant sur la sensibilité et l’intelligence animale… ce petit opus de Sy Montgomery, commencé cette nuit et fini ce matin, est un peu de tout cela.

Un livre vibrant de curiosité et de sensibilité joyeuses que je recommande à tous les amoureux des octopus ou à ceux qui ont grandi, comme moi, avec les documentaires du commandant Cousteau.

img_20170809_154933

Encore du nature writing, mais cette fois-ci pour découvrir d’autres facettes de mon élément préféré.

Un essai mélangeant le savoir des navigateurs (vikings, polynésiens, arabes, anglais…), des météorologues, des biologistes, des physiciens, des pêcheurs… à de micro-aventures personnelles pour encourager les lecteurs à observer différemment les patterns de l’eau, les courants, les motifs que la mer laisse sur le sable, le fonctionnement des marées, les variations de couleurs, de lumière et de son de cet élément si familier, qu’il s’incarne dans une simple flaque, un lac, une rivière ou un océan.

Un livre pour les «urbains trop urbains» curieux de poser un regard différent sur leur environnement (et qui n’ont pas peur de plonger dans quelques passages un peu techniques, restant accessibles à des non-scientifiques).
Petit bémol: certains passages auraient gagné à être moins bavards et à limiter les formules en mode «regardez, ça va être trop bien!». 

img_20170809_155032

Et enfin, parce que je n’oublie jamais le travail que j’ai pu effectuer ici sur les autres éditeurs (que j’avais affectueusement surnommés les éditeurs sauvages, dans une rubrique dédiée)… Une anti-légende acerbe des grands éditeurs français, une réflexion sur les responsabilités sociales et politiques du métier, une stigmatisation de la disparition de l’honnêteté de leur communication, une présentation de l’industrialisation et de la standardisation de la culture, une dénonciation de la transformation du lecteur en consommateur et non plus en acteur du livre, ainsi que de de la perversion des enjeux des écritures contemporaines…

Cet essai date de 2007: il mériterait d’être actualisé mais reste hélas toujours trop juste. À ranger auprès des excellentes analyses d’André Schiffrin.

Bonus: un petit guide des librairies, bouquinistes, bibliothèques, relieurs et manifestations littéraires à Londres, que j’ai annoté pour de futures découvertes (les marque-pages autocollants de la skyline londonienne sont de Duncan Shotton)

Aucun commentaire, ajoutez le votre !

Hébergement : Optilian  -  Réalisation : Bwoup.com - Morgan Thomas - Graphiste Illustrateur Morgan Thomas
Mentions légales - Tous droits résérvés Julie Proust Tanguy - De Litteris - 2011-2017